La Mosquée Hassan II est construite sous le règne et les directives du roi Hassan II. Planifiée sur le site de l’ancienne piscine municipale, sa construction a débuté le 

Étant donné que la mosquée se trouve au bord de l’Océan Atlantique, les fondations ont nécessité 26 000 m de béton et 60 000 m d’enrochement afin de lutter contre les effets de la houle. Cependant, la stabilité des ouvrages de protection à la mer s’est avérée insuffisante et d’importants travaux de renforcement de l’endiguement sont en cours depuis octobre 2006. Soumise à de très fortes contraintes climatiques (houle, humidité, embruns), la mosquée Hassan II a, en dépit d’un entretien constant, accusé des signes de vieillissement précoce dès 1998 (fissures, chute de panneaux de coffrage), a constaté l’Associated Press.

Pour l’édification du bâtiment contenant la salle de prière, le minaret et la madrasa, douze grues à tour de 220 t/m et huit grues mobiles ont été installées.

Pour la réalisation du minaret, une grue d’une hauteur record de 210 m a été mise en place. Les structures de l’ensemble de la mosquée sont en béton armé habillé de décors issus de l’artisanat marocain. La réalisation de l’ensemble de l’œuvre a mobilisé environ 10 000 ouvriers et artisans effectuant plus de 80 millions d’heures de travail.

Booking.com

La salle de prières est surmontée d’une toiture mobile de 3 400 m2 et de 1 100 t qui peut se déplacer en cinq minutes grâce à un système de roulement motricé. Lorsque le toit est fermé, la salle des prières est éclairée par 50 lustres et 8 appliques vénitiens de Murano. Les plus imposants mesurent six mètres de diamètre, dix mètres de hauteur et pèsent 1 200 kg. La couverture de la toiture a nécessité la pose de 300 000 tuiles spécialement réalisées en fonte d’aluminium par les équipes du groupe Bouygues dirigés par Aldo Carbonaro (directeur du projet) et Abdelatif Haboubi (directeur du chantier), imitant la tuile en terre cuite vernissée traditionnelle de Fès mais quatre fois plus légère. Ces tuiles ont apporté un gain de poids de 65 % par rapport aux tuiles traditionnelles avec des performances de fiabilité beaucoup plus élevées.

Pour la finition et les objets religieux, des artisans de tout le royaume ont contribué à couvrir plus de 53 000 m2 de bois sculpté et assemblé plus de 10 000 m2 de zellige représentant 80 motifs originaux. Le plâtre sculpté et peint a été entièrement travaillé sur place par 1 500 maâlems sur plus de 67 000 m2. Les coupoles en bois de cèdre ont été fixées sur des charpentes réalisées avec 971 t d’acier inoxydable et suspendues à la structure en béton armé. Les revêtements de marbre et granit d’origine marocaine représentent 50 hectares de superficie avec une épaisseur moyenne de 14 cm.